Quand la réalité dépasse la fiction Leave a comment

Quand la réalité dépasse la fictionUn samedi du printemps dernier , ma femme à invité deux de ses meilleurs amies avec leur conjoint.Ce sont 2 anciennes collègues , une réunionnaise de 42 ans et une antillaise de 58 ans .Ma femme étant également antillaise j ‘ ai un petit faible pour l ‘ exotisme et les femmes de couleurs.Marthe , l ‘ antillaise arriva la première avec du punch fait maison qui allait etre une arme redoutable.Elle est assez petite mais avec un cul de folie qui monte tres haut et une poitine généreuse .Arriva enfin Cathy une femme élancé avec des hanches et pas de gros seins et tres claire de peau malgré ses origines .Elle avait une grande robe marron et des lunettes de soleil qui lui donnait un air classe.la visite de la maison effectué , nous commençâmes le fameux punch et la bonne ambiance s ‘ installa.À la fin du repas en débarrasant la table , le punch faisant son effet je rejoignit ma femme dans la cuisine , la plaquant contre l ‘ evier en l embrassant dans le cou et collant mon bassin contre son cul d’ adorable black.Elle me dit de me calmer et d ‘ attendre bakırköy escort ce soir .Je n ‘ insista pas et quitta la cuisine , pour voir au meme moment passer la fameuse Cathy qui se dirigeait aux toilettes.Ma salle de bain étant attenante au wc je ne pu m ‘ empecher d ‘aller d’ écouter Cathy entrain d ‘uriner , l ‘ imagination faisant le reste , le bruit de l ‘ urine , le papier qu ‘ on tire , la culotte qu ‘ on remonte , la chasse d ‘ eau qu ‘ on tire ……Ma bite entre les mains je m’ astiquais . Mon dieu elle allait venir se laver les mains , je sortis donc immédiatement , elle sortit en meme temps et nous nous croisâmes en nous frôlant dans le couloir . Je fis mines d ‘ aller dans les toilettes , ouf sauvé . A l ‘ intérieur se dégageait l ‘ odeur de son parfum et la cuvette était encore chaude de ses fesses. hummmm je repris ma masturbation imaginant sa chatte sous toute ses formes , poilue , rasée , taillé ,J allais bientôt avoir la réponse.Je rejoingnit ensuite le groupe qui allait attaquer le dessert ; je ne pouvait m ‘arreter beşiktaş escort de regarder Cathy qui devenait une obsession.Le dessert finit je m ‘ occupa de débarrasser les assiettes et servit un digestif ; qui amena Marthe à dire , ca va me faire du bien au transit en plus du punch , elle éclata de rire .Finissant d ‘aider ma femme a tout ranger en cuisine et tout en discutant avec ses amis , nous décidâmes de faire un jeux dans le jardin avec des quilles en bois .Tout le monde sortit dehors et moi meme m ‘ apprêtant à les rejoindre , j ‘ entendis Marthe dire , je reviens ma vessie n ‘ en peux plus et mes intestins aussi.Ni une ni deux je me faufila dans la salle de bain et colla mon oreille à la cloison.Son pantalon baissé elle se laissa tombée sur la cuvette , j ‘ entendis un jet puissant prouvant l ‘urgence de cette précipitation et dans la foulée un pet sec et caverneux qui en disait long sur la suite de la grosse commission.Je me suis mis également à imaginer cette chatte de 58 ans , que je voyais bien avec des poils pour ce cas beylikdüzü escort la.Par ailleurs je n ‘ aurai pas dis non à une levrette sauvage avec cette femme volcanique à l accent bien trempé .Je sortis à temps également de ma salle d ‘écoute et la croisa dans le couloir ou je fis de nouveau croire à une envie pressante également .En m ‘ installant sur la cuvette je remarqua immédiatement un poil noir tout frisée .Putain un poil de Marthe, huummm,Elle était poilue , je repris ma masturbation , imaginant jus qu ou s’ arretait ses poils et si elle en avait aux fesses.Je mis son poil dans ma bouche comme un trophée .Retrouvant tout le monde dehors ; le jeux pris son rythme et les verres de punch également .entre deux tires les femmes se mettait sur leur chaise ; dirigée vers le jeux.À un moment , regardant en direction de Cathy; je la vis décroiser et recroiser ses jambes ; mais le vent se prenant dans sa jupe ; je pus apercevoir le saint graal .Madame n ‘avait pas de culotte , une toison de dieu , son regard croisa le mien , avait elle comprise que j ‘ avais tout vu .Vivement le soir que je m ‘ occupe de madame ; je n ‘ en pouvait plus .Au moment de se dire au revoir les bises furent appuyées et les souvenirs exitants déjà en mémoire .Arrivant le soir , je pris ma femme en levrette en pensant à Marthe et lui mangea le trou du cul en pensant à celui de Cathy .Mon dieu que c ‘ est bon la réalité…….

Leave a Reply

Your email address will not be published.